The Disappearing Front Porch

Before they go to kindergarten, children in Chicago learn to hit the floor at the sound of gunfire.One child age 16 or younger is murdered in the city every week on average. This has been happening for more than a quarter century, police records show. Neither homes nor streets are safe. Those are the first and second most likely places to get murdered in Chicago since 2001.The damage feels irreversible for those living this reality. Four families share what it's like to have their safe havens stolen, and describe their fight to take them back.Chicago (CNN)Gunfire erupts in the middle of the day. Etyra Ruffin, 10, is sitting on her father's lap on her grandma's front porch. Her friend, 11-year-old Devin Henderson is playing a video game downstairs near a window. In a split second, all hell breaks loose. "Get down!" Etyra hears people shouting. Devin's mother, Nanette Rios, starts screaming his name. He gets down on the floor as bullets hit the porch deck, splintering the wooden base. Nanette grabs Devin and drags him to her room as another bullet strikes the steel steps below the porch. Eytra's father, Travis, stumbles into the house and shields her from the gunfire. She notices her dad's shirt is covered in blood. Downstairs, in the bedroom closet, Nanette anxiously waits with her son. It's the safest spot she can think of. "Oh my God. Oh my God," Nanette repeats, waiting for the gunfire to subside. Finally, silence. Etyra with her grandmother on the porch where she was shot.Nanette's family is safe. She races out of her apartment and calls 911. She prays no one is dead as she runs to check on her neighbors. She sees Travis, Etyra's father. He had been shot in the back of the head, under his arm, in his chest and his leg. Nanette grabs a face towel and covers a wound on his neck. She tells him to focus on her. Then she spots a wound in his arm and wraps it tightly. Etyra's arm is bleeding. She is crying and in pain. But she's terrified about her dad."He got blood all over him," Etyra says. I'm not going to see him again, she thinks. This was September 1. Travis survived. For the past 15 years, someone has been murdered on a porch every three weeks on average, according to Chicago police records. Many are shot because they find themselves innocently in the line of fire. Sometimes they are caught in the middle of drug deals or gang violence. Other times it's about who they know or hang out with. Etyra is lucky. She dodged 12 bullets, faring with only a graze wound. She dreams of being a doctor someday and hopes being part of a grim statistic in Chicago won't hold her back. As Etyra talks about her hopes, the reality around her drowns them. Engines turn on and off as people cross the street to buy drugs in her neighborhood. Some walk down the street screaming profanities, flicking baggies or rolling joints. Devin seems keenly aware. He knows that throwing gang signs can get him killed, that guns are everywhere and that safety is scarce. So he doesn't go outside. "I feel scared in Chicago," Devin says. "All these people getting killed, I feel sad. I feel scared. I don't want to be shot."Michelle Stephan wakes up to the sound of gunfire and hears her family shrieking. "Not Dawson, please don't say it's Dawson!" they scream. She jumps out of bed and runs to her back deck, wearing pajamas and no shoes. Her son Dawson was outside talking with a friend before she went to sleep. He is now lying in the same spot on the deck.It is the 12th time her house has been shot at in three years. This time her 16-year-old son was shot in the head. Michelle bursts out crying and rushes up the steps of the deck. Her daughter-in-law calls 911. With her other son's help, she carries Dawson down the steps and toward the front gate. "Please don't go. Please don't go, just let me know you're staying with me. Stay with me," Michelle begs Dawson as they approach her van. Dawson's blood runs down her arms.Police arrive as Michelle tries to close the door of her van to rush Dawson to the hospital, but officers stop her, telling her paramedics are on the way. An ambulance rushes away with Dawson. Barefoot and in her blood-soaked pajamas she jumps in a police car and is driven to the emergency room, she says.Michelle keeps a memorial for her son Dawson in the living room. Dawson was on life support for six days before he was pronounced dead."It was very traumatic to sit there and watch him slowly die," Michelle says. "Feeling the warmth of his hands and his body and watching the coldness just leave."Michelle keeps her blood soaked pajamas in a clear plastic bag and says she hugs them and holds them close to her heart. It's how she can feel her son hug her back. She created a memorial on the back deck where her son was sitting before getting shot. No one is allowed on the deck, only a pot of white flowers rest there to remember Dawson, she says."Is there such a thing as a safe place?" Michelle asks. "What kind of country is this when you can't sit on your patio?" Police found nine shell casings at her home. Michelle doesn't feel safe inside her house either. She points to bullet holes that cross her entire house, from the front living room window, to her kitchen cabinets in the back of the house. Bullets puncture her entertainment center, a wall, and even a door frame. Investigators counted 34 bullet holes total. Police say they've been called to this home many times before and that it's known for gang-related activity -- an accusation Michelle adamantly denies.Michelle hangs thick blankets over her front windows to calm her fears. She worries a shooter could aim toward a shadow inside her home. "It's getting worse, and believe me, I used to be someone who would say it would never happen around here. It could never happen; it's such a beautiful community. And it has happened," Michelle says. "There is no safe place. As crazy as it sounds, it's true. You have to watch and be very diligent."Most murders in Chicago have occurred in homes and streets since 2001. Guns are used in 90% of the killings, according to Chicago police. The violence is not isolated to one neighborhood. Each dot shows the location of a homicide in a place considered a safe space – a home, an apartment, a front yard or porch – since 2001.Source: Chicago police department, as of 12/1/2016Stephanie sometimes drives to a park far away so her kids can play outside.Stephanie Armas glares over the metal gate from her front porch and begins her daily morning patrol.She observes the vibe of the street with a keen eye. Stephanie walks towards the local liquor store and back home, tracking who is coming and going. Only then she decides if her grandchildren can play outside.It's hard to tell if it will be a calm day, or one when gangs will try to settle a score."If they are having some kind of disagreement on either one of the corners, I don't allow my kids to come out," Stephanie says. "I'm ready to buy everybody bullet-proof vests the way they are popping these kids." When she sees a heavy police presence or random people casing the street on bikes, she doesn't let her children outside either, she says. Instead, she teaches them to duck and dodge bullets and stay away from windows."It hurts me to tell them that they can't go out to enjoy the fresh air and play in the sun," Stephanie says. "It's very disheartening to have to tell them that; but it keeps them safe." Stephanie moved to the Grand Crossing neighborhood to avoid being on constant guard. She left the infamous Englewood neighborhood on Chicago's south side about six months ago, hoping her grandkids could play outside in a new ZIP code. But, that's not what happened. "It's terrible," Stephanie says. "It's just as bad here in this neighborhood as it is in Englewood."The most common place for murders in Chicago, since 2001, is a city street, police records show. Shootings happen so often, Stephanie says, people even use shooting locations as landmarks and can easily rattle them off. It sounds something like this:"This guy was shot here. The little girl was shot there. Remember on the next block the bullet hit this guy?" Stephanie says.Stephanie's family hasn't fallen victim to Chicago's violence, and she wants to keep it that way. "There is violence everywhere. You can't run from it." Stephanie says while standing on her front steps. "It's the city we live in; but you have to learn how to survive in it."On a sidewalk in Englewood, Quentin Mables ponders how to free his childhood neighborhood from chronic violence. The homes on either side of him are riddled with 30 to 40 bullet holes. He knows how his neighborhood got this way, and how easy it is for young men to get sucked into the cycle of violence. Quentin started carrying a gun to protect himself and his family after he and his friends were shot at while playing basketball. Quentin hit rock bottom when he woke up in an eight-by-ten jail cell in 2014, facing a weapons charge. He remembers leaving behind his daughter, Zariyah, who was only three years old."That's what hurt me the most," Quentin says. "I knew that there was a little girl that needed my help, that needed my time." Quentin uses that experience to propel him to build a better future for his daughter and to lift his community out of violence and poverty.His contribution is easily seen by driving down Honore Street in Englewood. The house on the corner of 64th Street turns heads, with its colorful fence decorated with art and a beautiful garden. They call it the "Peace House," and it's the home of the non-profit organization "I Grow Chicago." Quentin is the co-executive director and the yoga instructor.Quentin teaches children yoga at the Peace House.It is a place with summer and after-school programs for children. Parents can also get school supplies, toiletries and clothing for their families when their budgets are tight. "If there was a Peace House on every block in Englewood, you wouldn't see the violence you normally hear about," Quentin says. "The more and more we bring in resources, the more and more that you will see the crime deteriorate." Part of the success is due to how the Peace House was built -- literally. Robbin Carroll, who isn't from the neighborhood, bought the dilapidated home with its overgrown yard in 2013. Shortly after the purchase, she founded I Grow Chicago. She hired young men -- some covered in tattoos, others with long rap sheets -- to rebuild it and to plant the garden. Her strategy was to help people in the neighborhood help themselves. But police officers warned her she was taking a huge risk. "The man you are doing this with is a cold-blooded killer," Robbin remembers an officer telling her one day while she was gardening. Robbin didn't flinch. This was not about what the men had done in the past, but what the community could do together to move forward. "If we each took a block and made the block thrive, we could completely end all this chaos," Robbin says. Quentin and Robbin say the violence around the Peace House has dropped; they remain optimistic, but cautiously so. In the middle of the night about eight months ago, Robbin says a bullet shattered the upstairs window and punctured the wall of the tutoring room. She refuses to patch up the hole left in the drywall."You are safe emotionally in our house; but I can never say that you can be safe here. So I refuse to putty over the bullet hole," Robbin says. "That always reminds us that it could be one of us in that spot."CNN's Jake Carpenter, Leonel Mendez, and Kenneth Uzquiano contributed to this report.

The  Disappearing  Front Porch 1

get in touch with us
Articles recommandés
À quelle période de l'année les ventes de serviettes faciales?-Société de serviettes de qualité supérieure de 2021
15 MARS 1981 Il s'agit d'une version numérisée d'un article des archives imprimées du Times, avant le début de la publication en ligne en 1996. Pour préserver ces articles tels qu'ils sont apparus à l'origine, le Times ne les modifie pas, ne les modifie pas ou ne les met pas à jour. Parfois, le processus de numérisation introduit des erreurs de transcription ou d'autres problèmes. Veuillez envoyer des rapports de tels problèmes à. ----------------------------------------------------------------------------------- KAREN LOHELA WOODWORTH est écrivain et instructeur de français à l'Université de l'Ohio. Par KAREN LOHELA WOODWORTHFrance coûte cher, disent les voyageurs de retour, mais ce n'est pas nécessaire. Certes, 100 $ peuvent vous acheter une seule nuit dans un grand hôtel; d'un autre côté, 100 $ peuvent également couvrir les coûts de plusieurs semaines de camping, ce que mon mari, Bob, et moi avons fait. Et nous ne sommes pas des étudiants en randonnée en train de saboter entre les auberges; nous sommes pédiatre, un écrivain qui, pour rester courtois les uns envers les autres et envers le monde en général, considère des équipements tels que des douches chaudes quotidiennes et des vêtements propres comme des nécessités absolues. Nous les avons eu en faisant notre camping sur le terrain des châteaux, en utilisant leurs installations de baignade et de blanchisserie et en profitant de leurs paramètres de type parc. Il y a, nous avons découvert, un réseau de propriétaires de châteaux dans toute la France qui accueillent les campeurs, et l'économie n'est qu'une des attractions d'un voyage d'une de ces maisons de campagne à une autre. Nous avons descendu la vallée du Rhône sur l'autoroute du Soleil, qui était encombrée de vacanciers transportant des bateaux et des remorques vers la Méditerranée. Au sud de Lyon, à Chanas, nous avons pris la route nationale 7, l'autoroute à deux voies qui serpente le long du Rhône et qui transportait autrefois tout le trafic nord-sud avant que l'autoroute ne soit construite parallèlement à elle. Nous cherchions le Château de Senaud, où nous espérions camper cette nuit-là. Nous n'avions pas de réservation mais il était encore tôt dans l'après-midi. Un petit panneau indiquait une route vide qui se fraisait un chemin à travers des champs de céréales chatoyants. Nous l'avons suivi, manquant de peu une moissonneuse-batteuse qui s'est soudainement retirée d'une grange donnant sur la route. Une promenade étroite creusa un tunnel à travers des arbres sombres, devant un champ, au-dessus d'un ruisseau et en montée à travers les bois. Au sommet se tenait l'enceinte du château. Nous sommes entrés par une arcade dans d'épais murs de pierre jaune. À l'intérieur, une maison au toit bleu aux proportions gracieuses dominait un groupe de bâtiments bas. Au bureau, nous avons été accueillis par une femme vêtue d'une jupe noire, d'un pull blanc, de chaussettes sombres et de sandales robustes. La Comtesse D'Armagnac de Castenet, a-t-on appris plus tard. Trois nuits? Oui, nous pourrions être hébergés. Veuillez la suivre. AnnoncementLa comtesse marcha vivement sur une voie de galets alors que nous trottions derrière. Nous sommes passés devant une petite épicerie dans une dépendance en pierre et un bloc d'un étage d'installations sanitaires. De l'autre côté d'un mur de pierre, nous sommes arrivés à la zone de camping. Elle ralentit et fit un geste vers sa gauche. Est-ce que ça allait? Oui, parfait. Elle nous a dit adieu. Publicité Nous avons creusé dans notre fourgonnette empruntée, sorti notre tente et l'avons rapidement installée dans l'un des terrains de camping les plus agréables et les plus inhabituels que nous ayons trouvés. Mais pas unique, nous avons découvert. Le Château de Senaud est l'un des plus de 40 camps privés d'un réseau appelé Castels et Camping-Caravaning; le réseau a été fondé en France en 1959 par des propriétaires qui tentaient de garder leurs propriétés intactes alors que les coûts d'entretien augmentaient. Les camps doivent répondre à certaines normes élevées en matière d'installations et de services, mais chaque propriétaire foncier gère son propre camp. J'ai trouvé amusant de rencontrer des propriétaires intitulés-on pourrait les considérer comme la noblesse ouvrière-impliqués dans le fonctionnement quotidien de leurs camps: superviser l'épicerie ou le restaurant du camp, couper l'herbe ou accueillir les invités. En plus des campings, certains propriétaires proposent également des hébergements dans le château lui-même ou louent des roulottes meublées (Ce que les Européens appellent des caravanes). Mais nous étions bien équipés avec les bases: sacs de couchage, matelas pneumatiques, lampe de poche, tissu moulu et notre tente, un Eureka léger et soutenu de l'extérieur qui est présenté comme une tente pour quatre personnes mais qui est vraiment juste pour deux. Nous avions fourré tout l'équipement dans un grand sac de voyage que nous pouvions enregistrer comme un seul bagage. Au Château de Senaud, nous avons payé moins de 6 $ la nuit; la moyenne pour la plupart des sites Castels est de 5 $ à 8 $ la nuit pour deux adultes sous une tente. Senaud est de taille moyenne, pouvant accueillir 300 campeurs. (Les camps Castels mesurent la taille en fonction du nombre de personnes plutôt que des campings, car les campings individuels ne sont pas toujours déalisés.) Il est ouvert du 1er mars au 30 novembre. En juillet et août, quand nous étions là-bas, il s'est rempli en milieu d'après-midi. La plupart des campeurs étaient français ou néerlandais, mais il y avait aussi quelques invités anglais, allemands et belges, et même lorsque le camp était plein, nous ne nous sentions pas à l'étroit. Les installations de baignade et de toilettes sur les sites de Castels étaient excellentes; beaucoup de douches chaudes, de toilettes à chasse d'eau et un débouché pour mon sèche-cheveux. (Ma sécheuse passe de 120 à 220 volts, et j'ai apporté une fiche adaptateur pour s'adapter aux prises européennes.)Senaud dispose de deux ensembles d'installations, l'une installée dans une dépendance près du château et l'autre, une nouvelle rangée d'une douzaine de compartiments individuels contenant soit une douche, Une toilette ou un lavabo avec miroir et prise électrique. Derrière le bloc sanitaire se trouvent de grands éviers pour laver la vaisselle, une fontaine à boire et une machine à laver. De nombreux camps ont des laveuses et des sécheuses à pièces, ce qui est pratique car les villages voisins peuvent ne pas avoir de telles installations. Il existe également d'autres équipements qui distinguent les sites de Castels des autres terrains de camping européens. Au château de Senaud, par exemple, j'ai adoré la boutique d'artisanat que la fille de la comtesse ouvrait chaque soir dans l'une des anciennes dépendances. Les clients étaient invités à parcourir parmi les tissages et poteries fabriqués localement et à discuter avec Mademoiselle. Publicité Face à la boutique d'artisanat et niché dans ce qui avait été des écuries se trouvent une petite galerie d'art, une salle de jeux pour les enfants et un bar. J'ai aimé la promenade sur la colline boisée et à travers le ruisseau jusqu'à la piscine, située au milieu d'un champ ouvert. Le court de tennis était au bord du terrain, à côté des bois, et était ombragé en fin d'après-midi. L'épicerie était ouverte matin et soir pour vendre des fruits, des sodas et du vin, quelques conserves et surgelés et des miches de pain croustillantes. Nous avions l'habitude d'acheter un bloc de glace tous les jours, ce qui gardait la nourriture dans notre petite glacière réfrigérée pendant 24 heures, mais la boutique de Senaud ne vendait pas de glace. Au lieu de cela, comme de nombreux terrains de camping, Senaud a permis aux campeurs d'utiliser le gel profond de l'épicerie pour la congélation pendant la nuit des contenants en plastique scellés de liquide de refroidissement qui sont devenus populaires pour une utilisation dans les coffres à glace. Les camps facturaient généralement 1 à 3 francs (25 à 75 cents), selon la taille des conteneurs. Nous avons gardé notre glacière remplie d'articles que nous considérions comme basiques: pommes Granny Smith, bananes, yaourt, jus, eau, une bouteille de vin, fromage et viande en tranches, cornichons, concombres et tomates, moutarde, Beurre et confiture. Après une promenade matinale à l'épicerie du camp pour une baguette parfois encore chaude et quelques croissants floconneux, nous avions tous les ingrédients d'un copieux petit-déjeuner et d'un déjeuner. Le soir, nous avons réservé pour rechercher des restaurants et essayer des spécialités régionales; 10 $ à 15 $ par personne était généralement suffisant pour un bon dîner de trois ou quatre plats avec vin ordinaire. Chez Senaud, peu importait que le château lui-même soit un tout petit peu négligé, avec une aile fermée et cultivée avec des vignes. Le château régnait sur les tentes bleues et orange éparpillées sur ses flancs comme une grande dame déterminée à maintenir la respectabilité et la propriété malgré des circonstances légèrement tendues. Les touristes tirent souvent simplement à travers la vallée du Rhône, avec peut-être un arrêt d'une nuit entre Paris et la Côte d'Azur, mais c'est une région qui mérite d'être explorée. Églises, abbayes, châteaux, restaurants et vignobles cuisinant au soleil attirent le voyageur le plus lent. À l'ouest du Rhône se trouve l'Ardéche, campagne vallonnée coupée par des gorges fluviales et pleine de villages connaissant un renouveau de l'artisanat local. À l'est du Rhône se trouve la vallée de la rivière Drome parfumée à la lavande; la source de la Drôme est les Alpes. Le Château de Senaud est bien situé pour des excursions secondaires dans l'Ardéche et la Drôme. À une douzaine de kilomètres au sud de Senaud, par exemple, se trouve la colline de granit en terrasse de l'Ermitage, s'élevant au-dessus d'un coude du Rhône à Tain-l 'Hermitage. Les Romains ont fait du vin ici, et les vignobles produisent toujours les appellations Hermitage et Crozes-Hermitage. À travers le Rhône et le nord à peu près à la même distance, le long d'une colline escarpée parfaitement alignée au soleil, se trouvent les vignobles de la Côte Rotie. Ici, l'un est près de Vienne, une ville réputée pour son temple et son théâtre romains, son cloître roman et sa cathédrale gothique, et pour le restaurant appelé Pyramide. AnnoncesNous ne sommes pas arrivé à Pyramide mais nous avons découvert de bons restaurants plus près de Senaud. Dix minutes de route au sud à St. Vallier est un élégant petit restaurant que l'on entre par la cour de l'Hôtel des Voyageurs. Ses dîners à prix fixe de quatre plats servis astucieusement ont commencé à 9 $. Bien que le Château de Senaud soit mon préféré, d'autres camps du réseau Castels étaient presque aussi agréables. Le château de Boisson aux parois épaisses est à 63 miles au nord-ouest d'Avignon dans le département du Gard. Ici, le soleil chaud fait mûrir les pêches, les abricots, les cerises, les melons et les raisins, et le temps estival est glorieux. Sur le bord ouest du Gard s'élèvent les basses mais accidentées montagnes cévenennes où Robert Louis Stevenson a emmené ses ''Voyages avec un âne''. Le château du XVIIe siècle, hors des sentiers battus dans les contreforts des Cévennes, était petit, squat et sorte de intime. Des haies bien planifiées ont balisé chaque camping, offrant une belle touche d'intimité. Boisson est plus petit que Senaud, n'accueille que 150 campeurs et des réservations par jour à l'avance sont recommandées. Veuillez vérifier que vous n'êtes pas un robot en cliquant sur la case. Adresse e-mail non valide. Veuillez re-enter.You devez sélectionner une newsletter à qui vous abonner. Consultez tous les bulletins du New York Times. Les promenades à la campagne nous ont emmenés dans des champs de lavande, de thym et de fleurs de balai jaune voyantes. Il y avait une collection de livres à oreilles de chien, une piscine et pêcher dans la rivière pour les plus sportifs, des chambres à louer dans le château et un petit restaurant et bar ouverts le soir dans le sous-sol du château. Il y avait aussi une cloche forte dans la chapelle voisine qui sonnait le quart d'heure toute la nuit; J'aurais aimé avoir un ensemble de bouchons d'oreille. Madame aux cheveux blonds, qui parlait un excellent anglais, dirigeait l'épicerie, qui n'était pas trop bien approvisionnée. Un marchand de légumes venait deux ou trois fois par semaine avec des produits frais. En face du château, il y avait une petite boutique conviviale qui offrait un choix légèrement meilleur de provisions. Les installations du camp ont été gardées très propres par une équipe énergique et amicale d'étudiants néerlandais. Les clients s'attendant à l'élégance, car Boisson est un château, seraient profondément déçus. Cela ressemble plus à une retraite de campagne décontractée, à peine délabrée, où nous avons passé un bon moment à nous promener sur une route de campagne tranquille alors que le soleil se couchait derrière les Cévennes. À quelques heures de route de Boisson se trouve la Gaule romaine: les ruines bien conservées à Nîmes, Orange et Arles. Même les voyageurs les plus chevronnés s'arrêtent pour s'émerveiller, comme je l'ai fait, au pont du Gard à trois niveaux sautant à 900 pieds de l'autre côté du Gard et transportant l'aqueduc romain qui amenait l'eau à Nîmes à partir de sources à 30 miles. À deux heures de Boisson se trouve Avignon avec ses remparts, pont cassé sur le Rhône, Un festival des arts d'été et un palais papal construit pendant le séjour du 14ème siècle de la papauté en France. J'ai beaucoup préféré le calme et les vins de Châteauneuf-du-Pape, le site du palais d'été perché du pape. Un troisième camp de Castels que nous avons apprécié était dans le département du Var, en Provence. Nous sommes venus du sud-est, de St. Tropez, sur la route étroite qui serpente à travers le massif des Maures vers la capitale régionale de Draguignan. J'ai été ému par un arrêt au cimetière militaire américain de Draguignan. Les seuls autres visiteurs de l'époque, deux couples français, murmuraient tranquillement. Les rangées nettes de croix blanches sur le vert bien entretenu entouraient une immense carte en relief en bronze détaillant les débarquements alliés dans le sud de la France en août 1944. Publicité De Draguignan, la route départementale passait au nord-ouest. Nous sommes passés devant des villages avec des paysages qui rappelaient les peintures de Van Gogh et Cézanne. Par l'un de ces villages, Regusse, se trouve le camp de Castels appelé Les Lacs du Verdon. Cet ajout au réseau est moins un château mais dispose de deux courts de tennis raffinés. Nous avons loué plusieurs fois des raquettes décentes et des balles de tennis. Nous avons également appris que les réservations au tribunal pour les heures les plus fraîches de la journée doivent être faites un jour ou deux à l'avance. Le camp se trouve dans une étendue ininterrompue de bois de pins broussailleux. Nous avons choisi un camping dans un vallons de pin, mais le soleil de feu brillait encore sur nous à midi, alors Bob a accroché la pluie de la tente voler au-dessus des arbres pour l'ombre. À côté, nous avons campé un couple de Dublin. Nous avons partagé des cartes, des histoires et des recommandations pour d'autres camps de Castels, et le soir, nous avons regardé des adolescents sur la piste de danse en plein air au bord de la piscine. Le camp a un arrangement avec un club de voile au lac de Sainte Croix qui permet aux campeurs de louer des voiliers ou d'apprendre à faire du surf pour 10 $ la demi-journée. De l'autre côté du lac, en terrain montagneux, se trouve le canyon spectaculaire de la rivière Verdon. Il n'y a pas grand-chose d'autre près du camp, sauf les forêts et les villages de Regusse et Moissac-Bellevue. Regusse a un restaurant familyrun lavé à la blanche avec une cheminée occupant un mur d'extrémité. Bob avait de bonnes cailles et j'aimais le pâté de campagne, mais sinon, nous avons trouvé les repas-pour lesquels nous avons payé 7 $ par personne pour trois plats-assez ordinaires. La restauration était un peu plus chic à Moissac-Bellevue. Il y avait là une station balnéaire à flanc de colline, Le Calalou, avec une salle à manger en plein air où nous avons dégusté des spécialités caribéennes. Le poisson était au premier plan du menu, et mon plat de petites écrevisses dans une sauce brune épicée était particulièrement bon. Les repas complets ont commencé à 12,000 $ L'attitude de la plupart des campeurs que nous avons rencontrés est résumée par un incident survenu vers la fin du voyage. Nous avions décidé de cirer la camionnette avant de la rendre à nos amis. Nous étions occupés à polir depuis deux heures lorsqu'un campeur voisin a posé sa pipe et son livre et s'est levé de sa chaise. «Ma femme et moi vous avons regardé», a déclaré l'Anglais, «et vous nous épuisez. Voulez-vous faire une pause et prendre un verre avec nous? ''Bien sûr, nous l'avons fait. Si vous y allez... . .. Chateau camping, écrivez à l'Office du tourisme du gouvernement français (610 Fifth Avenue, New York, N.Y. 10020, 212-757-1125) et demander des informations générales sur le camping en France. Pour un annuaire Castels et Camping-Caravaning-pour chaque camp, il comprend une image couleur, une carte, une description des installations et des activités, des dates ouvertes et si le propriétaire loue également des chambres ou des caravanes-écrivez à Castels et Camping-Caravaning, 169 Avenue Victor Hugo, 75116 Paris, France. Les réservations sont recommandées en juillet et août. Un appel téléphonique un jour ou deux avant l'arrivée était toujours suffisant pour nous. L'anglais est généralement compris, même si un peu de français est utile. Les bureaux de camp sont fréquemment fermés pour le déjeuner entre midi et 15 heures. AnnoncementToutes les grandes sociétés de location de voitures opèrent en France, avec des prix assez similaires. Les tarifs incluent souvent un kilométrage illimité et, à l'exception des voitures plus grandes, la possibilité de rendre la voiture dans une ville française autre que votre point de départ sans frais de dépose. Pour la location d'un bus Volkswagen de neuf passagers à 399 $ par semaine, essayez Auto Europe (21 East 40th Street, New York, N.Y. 10016, 212-578-4400 ou 800-223-5555), une entreprise qui loue également des voitures pour trois semaines ou plus, ce qui est plus économique que la location standard. Un Talbot Horizon, par exemple, pourrait être loué pour 550 $, assurance et taxe sur la valeur ajoutée comprises. Les voitures de la société peuvent être louées à Paris et laissées à Lyon, Bordeaux, Perpignan, Toulouse, Marseille ou Nice. En plus du matériel de camping de base, nous avons également caché deux assiettes en plastique, deux couteaux et fourchettes et un couteau suisse dans ma valise. Une fois en France, achetez une glaciaire en polystyrène, des nattes tissées pour s'asseoir et une carte routière Michelin. La carte 916, imprimée des deux côtés et moins lourde à déplier, est bonne pour toute la France. Lors du vol, nous avons vérifié trois articles: deux petites valises en toile plus un sac de voyage. Cela laissait de la place pour un quatrième bagage enregistré qui rentrait à la maison: une caisse de vin. Nous avons porté notre appareil photo et un sac en toile robuste pour faire du shopping et faire des excursions à la plage. Allument les vêtements. Pour les vacances d'un mois en camping que nous avons prises, j'ai trouvé suffisamment de robe d'été, une robe pour manger au restaurant, une veste matelassée, un pull à col roulé, un joli jean, trois paires de shorts et t-shirts, des sous-vêtements, des sandales, des chaussures de tennis, maillot de bain, serviette de plage, serviette de visage et gant de toilette. Bob a apporté une veste kaki, un jean, deux chemises en tricot, un pull à col en V, deux pantalons longs, trois shorts et t-shirts, des sous-vêtements, des chaussures de tennis, des sandales, des chaussures en cuir, des maillots de bain, une serviette de plage, une serviette de toilette et un gant de toilette. Nous avons choisi de faire confiance au temps estival traditionnellement ensoleillé dans le sud de la France et avons laissé raingear à la maison. -K.L.W.Une version de cet article paraît en version imprimée le 15 mars 1981, à la page 10010001 de l'édition nationale avec le titre: DEUX FAÇONS À FAIBLE COÛT DE SE FERMER LES GLORIES DE L'EUROPE PITCHANT VOTRE TENTE DES MOTIFS D'UN CHATEAU FRANÇAIS?. Réimpressions des commandes | Papier d'aujourd'hui | Abonnez-vous
How to Bathe and Clean Stray Kittens: Step-by-step Guide
What Is the Best Mattress Cover for You? - Mattress Cover Reviews
Best Party Linen, Best Linen for Banquet
This Is What Happens to Your Body When You Don't Wash Your Sheets Every Week (and It Will Put You Of
Affordable and Lovely Bed Linens Are Available in Australia
Bed Linen, Sheets, Pads, Duvet Covers, Quilts
Newest Mattress Cover, Best Mattress Protectors for Kids
What You Need to Know About Hotel Slippers
Table Clothes: Are They Worth It?
related searches
what time of year are face towel sales?-2021 hight quality face towel company
How to Bathe and Clean Stray Kittens: Step-by-step Guide
What Is the Best Mattress Cover for You? - Mattress Cover Reviews
Best Party Linen, Best Linen for Banquet
This Is What Happens to Your Body When You Don't Wash Your Sheets Every Week (and It Will Put You Of
Affordable and Lovely Bed Linens Are Available in Australia
Bed Linen, Sheets, Pads, Duvet Covers, Quilts
Newest Mattress Cover, Best Mattress Protectors for Kids
What You Need to Know About Hotel Slippers
Fournitures d'hôtel professionnelles pour la maison, expérience d'hôtel professionnel de haute qualité de vie.
Contactez-nous
Tél: 86-020 3910 2888
Mobile : 86 189 3398 9901
E-mail: Info8@eliyalinen.com  
Ajouter: B16, parc industriel technologique de Huachuang, village de Jinshan, district de Panyu, Guangzhou, Chine.

       

pas de données
         


       

Tél: 86-020 3910 2888
Mobile : 86 189 3398 9901
Droit d'auteur©2021 Hôtel ELIYA Linen Co., Ltd |   Plan du site   粤ICP备15074832号
chat online
Ask for wholesale,bulk purchase,custom hotel linen product,LOW MOQ:100